Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2005 2 27 /12 /décembre /2005 15:41

Ces derniers temps, un soft en ligne a fait particulièrement parler de lui : « World of Warcraft » (WoW), édité par la société Blizzard : deux jeunes français âgées d'une vingtaine d'années sont hospitalisés depuis l'automne pour s'y être accrochés pendant près de trois semaines, quasiment sans interruption. En Corée, au début du mois, un autre mordu a eu moins de chance : il a succombé d'épuisement après avoir joué à un MMORPG* durant dix jours sans s'arrêter...

Selon une enquête menée l'été dernier par l'Entertainment Software Rating Board, les deux-tiers des jeux vidéos à succès comporteraient des scènes de brutalité, et la moitié, des scènes de mort violente. Sur le site France-Jeunes.net, Monique Brachet-Lehur, pychiatre, analyse les risques pour l'enfant face à sa console de jeu, pendant une bonne partie de son temps libre. « Il y a un fort risque d'isolement et de rupture sociale, dit-elle, c'est pourquoi il est important de lui donner des rythmes temporels : un temps pour manger, pour jouer, pour travailler, pour dormir. De temps en temps, jouez ensemble, partagez vos impressions, apprenez-lui à avoir l'esprit critique ». Un autre médecin, Marc Valeur, spécialiste des pratiques addictives à l'hôpital Marmottan à Paris, explique à 01.net que souvent, les patients reçus dans son service (généralement des hommes), « sont introvertis et timides et dans beaucoup de cas, issus de familles conflictuelles, qui utilisent le jeu pour s'extérioriser. Nous sommes dans des addictions de refuge, moins dangereuses que les addictions de prise de risque comme la toxicomanie ».

Moyennant un abonnement, le jeu en ligne « World of Warcraft » a déjà fait cinq millions d'adeptes dans le monde. En France, l'an prochain, les MMORPG auront séduit un million de personnes. Menacée d'un procès en Chine par les parents d'un adolescent de 13 ans, décédé début novembre après avoir fait un saut mortel en reconstituant une scène du jeu, la société Blizzard a décidé d'instaurer un contrôle parental sur WoW. Ainsi, le détenteur du compte peut choisir les plages horaires durant lesquelles les parties sont accessibles. Laurent Legros, responsable de l'espace « Acces Libre » à Brest, se dit favorable à ce type de protection, même si dans son établissement, les joueurs sont, de son point de vue, assez disciplinés. « Beaucoup viennent pour la convivialité, dit-il, car ils ne supportent pas d'être seuls. En revanche, la personne réservée est un sujet à risque, car elle restera jouer chez elle ». Qu'en est-il alors de la responsabilité des gérants de salles ? « Nous sommes un lieu public, sourit Laurent Legros, nous ne sommes pas là pour faire la police, même quand nous recevons des adolescents envoyés par leurs parents pour ne pas qu'ils traînent dans la rue... »


* Massively Multiplayer Online Rôle Playing Game, jeu en ligne massivement multijoueur.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires