Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 22:29

plage.jpg

Un an après la publication du récit « Eclats d'enfance », Marie Sizun signe chez Arlea son cinquième roman. L'auteur n'est pas allée bien loin pour piocher son inspiration. « Je connais bien les plages bretonnes et en particulier celles de l'Ile Tudy où j'ai une maison. Il y a toute sorte de choses à voir et à entendre. C'est un terrain d'observation extraordinaire pour mon personnage » dit-elle. Dès le début du livre, le décor est planté. Anne, une femme seule de 36 ans, doit attendre la fin de la semaine que l'homme marié avec lequel elle entretient une liaison puisse enfin la rejoindre. Sept longues journées au cours desquelles cette bibliothécaire n'a pour confidente qu'une étendue de sable, toujours la même avec ses cris d'enfants et sa marchande de beignets, et madame Quéméneur, la patronne de son hôtel qui ressemble à celui des « Vacances de Monsieur Hulot ».

Marie Sizun, remarquée par deux prix littéraires en 2007 pour « la femme de l'Allemand », a travaillé très finement son écriture. Les textes sont de toute beauté : chaque phrase ou presque évoquera au lecteur une émotion, une douleur, une personne. Ce style volontairement haché, souvent interrogatif et donc toujours très imagé, c'est sa manière à elle de le faire adhérer à l'histoire. « On m'a souvent reproché de parler du quotidien des femmes. Mais c'est aussi important pour les hommes de voir comment fonctionne l'âme féminine » confie Marie Sizun.

Ce beau roman écrit à la première personne se dévore les yeux fermés. Il est à conseiller sans aucune hésitation.

 

Christophe Pluchon


Partager cet article

Repost 0

commentaires