Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 20:40

poliakoff.jpg

Le musée de Pont-Aven continue de montrer « l'éclatement des formes et des couleurs » facilité par la peinture abstraite. Après Olivier Debré et Jean Deyrolle, c'est au tour de Serge Poliakoff d'exposer son talent jusqu'au 30 mai prochain.

Né à Moscou en 1900, l'artiste fuit son pays en 1918 accompagné de sa tante Nastia. De tour de chant en tour de chant (Poliakoff est d'abord musicien), il s'installe à Paris en 1924. Cinq ans plus tard, il comprend que son avenir est dans la peinture. Il s'inscrit à l'Académie de la Grande Chaumière et commence ses premières expositions, avant de partir pour Londres. En 1952, année de son premier vrai contrat avec une galerie (Bing), il peut enfin se consacrer totalement à son art. « Ses rencontres avec Kandinsky et Sonia et Robert Delaunay lui permettent de franchir le pas car à l'époque, choisir la peinture abstraite, c'était choisir une voie minoritaire » explique le conservateur Estelle Guille des Buttes-Fresneau.

Le musée de Pont-Aven présente environ 70 gouaches, huiles et aquarelles réalisées par Serge Poliakoff. Il s'agit principalement des grands formats. La majorité de son travail n'a pas nécessité d'esquisse car Poliakoff peignait à même la toile. « Il partait d'une forme pour en accrocher une autre » poursuit le conservateur. Enfin, l'artiste fabriquait lui-même ses pigments, si bien que certaines couleurs prennent un aspect étonnant selon la lumière et le nombre de couches. Estelle Guille des Buttes-Fresneau ne cache pas que sa technique constitue sans doute un casse-tête pour bien des restaurateurs.


Contact : 02 98 06 14 43 et www.museepontaven.fr

Christophe Pluchon


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires