Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 09:01

Le nouveau CD de Maxime Piolot est un hymne à la vie. Dans « Le temps qui nous est donné », le chanteur du Conquet rend notamment hommage à toutes ces personnes qui font des choses immenses et dont on parle peu.

Maxime Piolot (Marie-Janick Michel

Crédit photo : Marie-Janick Michel

 

 

Ecouter l'interview diffusée sur RCF Rivages :



Le dernier disque de Maxime Piolot aurait pu s'appeler « Pour Giovanni ». L'un des titres, « Bientôt un enfant va naître » est en effet dédié à son petit-fils. Pour écrire « L'enfant des rues », c'est aussi à ce petit-fils qu'il a pensé. « Toute mon enfance en Afrique m'est revenue quand j'ai su que je serais grand-père. Je me souviens d'un enfant qui avait la maladie du sommeil, et d'un autre au ventre énorme. J'ai pensé à ces enfants qui n'auront pas la tendresse, la sécurité car ils seront abandonnés, condamnés à la prostitution ou à faire la guerre » dit Maxime Piolot. En revisitant sa jeunesse, il s'est aussi rappelé de l'infirmière du collège militaire de La Flèche dans la Sarthe, l'une des seules femmes à qui il aimait se confier. « J'avais 11 ans. J'aimais bien tomber malade car elle était douce ». Le disque, avec tous ces clins d'oeil au passé, se veut pourtant tourné vers l'avenir. « Si on ne se regarde pas vers ses racines, alors on devient impuissant, hasardeux, incapable d'affronter la réalité » estime l'artiste.

Maxime Piolot s'est, pour ce nouvel opus, entouré de ses musiciens fétiches, comme Dominique Rivière, Robert Le Gall, Hervé Quéfféléant, Jacquy Thomas et Patrick Audouin. Corinne Schorp, qui l'accompagne dans la vie comme à la scène depuis un quart de siècle, lui apporte, dit-il, « une présence discrète, généreuse, attentive. Elle a une voix qui me ressemble ». Maxime Piolot a écrit pour elle la chanson « Princesse au quotidien », un titre sur une femme qui « embrasse la mendiante après lui avoir donné quelques euros ». Le texte dit ceci :

 

Tu as choisi d'être servante

Quand tu écoutes, quand tu chantes

Quand tu embrasses la mendiante

Toi, la gardienne du trésor

Qui n'aime pas briller trop fort

 

« L'argent aussi peut-être une belle énergie, sauf quand il est détourné. Je trouve indécent qu'un homme gagne cinq cents fois plus qu'un autre » poursuit l'artiste pour présenter cette autre titre, « L'argent, parfois, c'est de l'amour ».

Toutes les chansons de Maxime Piolot sont des combats. Ses textes sont toujours empreints de poésie. Ce sont des paroles qui élèvent l'âme, qui donnent envie d'être généreux. « Les femmes et les hommes qui embellissent la vie des autres sont des personnes d'avenir pour moi ». Maxime Piolot s'extasie par exemple devant le travail du plombier et de l'aide-soignant. « Je suis impressionné, respectueux, admiratif, devant ces personnes qui font leur métier avec respect, sagesse et spiritualité ». L'artiste, devant de telles considérations, s'interroge même sur sa propre responsabilité. « Durant ma carrière, j'ai du chanter devant 800 000 enfants. Pour élever l'auditeur au sens propre du terme, chaque chanson doit contenir un propos moral sans être une leçon de morale ».

img008

Né à Toulon de parents bretons – son père était militaire -, Maxime Piolot se passionne très tôt pour les lettres et notamment le théâtre. Il monte sur les planches avec Tania Balachova et Jérôme Savary (« Le Grand Magic Circus ») mais prend vite conscience que ce qui l'intéresse, ce n'est pas de briller sur scène. « Je n'étais pas un bon comédien, et surtout j'étais assez timide. J'avais envie d'utiliser le théâtre pour épauler les autres » se souvient-il. Maxime Piolot aide ainsi des délinquants à acquérir confiance. Il donne aussi des cours de philosophie à des ouvriers d'usine pour leur faire passer le baccalauréat. Même chose pour la chanson, qui lui fait des appels du pied dans les années 70. Maxime Piolot se met à chanter, en même temps qu'il écrit des textes pour Paul Anka, les Frères Jacques et même Claude François.

« Mon carburant, c'est d'être utile. J'ai eu cette chance de pouvoir me confesser au collège militaire. L'aumônier me demandait régulièrement de dire de quoi j'avais été fier. Depuis, je sais aussi avoir honte quand j'ai fait quelque chose de moche ». Peu de temps après la sortie de ses premiers 33 tours, Maxime Piolot quitte volontairement le monde des strass et des paillettes. Il part du constat qu'il est très simple de plaire au public avec des chansons « légères » qui privilégient la musique par rapport aux textes, et il ne veut pas aller dans cette voie. « Au début on cherche une notoriété, on aime bien qu'on dise du bien de toi. Mais quand on réfléchit, on se demande ce qu'on apporte aux gens. Je ne pense pas que Michael Jackson laissera dans leur souvenir quelque chose qui les fasse grandir ».

C'est dans cet esprit de partage et d'ouverture que Maxime Piolot organise des formations à l'attention des entreprises et des collectivités. « Tu as des choses à dire mais tu laisses parler un bavard parce que tu ne sais pas lui couper la parole ! J'apprends aux gens à se faire respecter, à écouter ce que les autres disent, sans les juger ». Maxime Piolot enseigne ainsi l'expression en public, la confiance en soi, mais aussi la gestion du temps et du stress. « C'est une vocation pour moi d'être sur une scène ou d'animer un stage, toujours pour donner et apprendre des autres. Chaque nouvelle expérience me donne des idées pour écrire des chansons » dit-il. L'artiste avoue avoir beaucoup appris d'un religieux, le frère Pierre, l'être le plus généreux qu'il ait jamais rencontré. « Ma formation, c'est l'Evangile, c'est toute la base de ma communication et c'est quelque chose d'universel ».

L'auteur d'« Il ne faut pas jeter le pain » a comme tout le monde, des passions dans la vie. L'une d'entre elle, c'est « l'admiration ». « Je me régale à admirer les gens, dit-il en toute sincérité. Ma curiosité n'est pas un vilain défaut. Je m'intéresse simplement à ceux qui m'entourent ». Maxime Piolot a eu l'idée du conte « Le rêve de l'enfant timide », qui résume un peu sa philosophie pleine d'espoir et de partage. « Je mets en valeur un ramasseur d'ordures. Il réussit à épater une star de football, simplement en lui disant que si on ramasse des ordures pendant quarante ans, on pourra bâtir une montagne ».

 

Voici la liste des prochains concerts de Maxime Piolot :


- Dimanche 13 décembre 2009 à Porspoder à 16h à l’église, avec les élèves de l’école Ste Marie.

 

- Jeudi 17 décembre à Brest : animations à l’hôpital pour des enfants malades.

 

- Samedi 19 décembre à Pont-de-Buis à 17h, salle François Mitterand : concert pour l’Association des Artisans.

- Dimanche 20 décembre, au Conquet
à 15h30 et à 17h à l’hôtel la Vinotière pour un « goûter en chansons ».

 

 


Christophe Pluchon

 


Ecouter l'interview diffusée sur RCF Rivages :

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires