Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 07:13

« Les chaussures », le premier album de Cristine a été récompensé en 2007 par le Grand Prix du Télégramme. La chanteuse douarneniste, auteur-interprète, récidive avec « Hors-piste », un disque plein de poésie à savourer les yeux fermés.

couv-def-digi-copie-1.jpg

Ecouter l'interview diffusée sur RCF Rivages :

 


L'univers de Cristine est une invitation à un voyage intérieur, un mélange subtil de textes du quotidien et de musique à la sonorité envoûtante. La chanteuse a fait du chemin depuis son duo avec la harpiste d'origine grecque Elisa Vellia. Les deux femmes avaient fondé Sedrenn en 1994. Deux albums plus tard, elles se séparaient pour d'autres aventures, beaucoup plus personnelles.

Christine Mérienne, originaire de la région parisienne, découvre la Bretagne grâce à la harpe celtique. « Cet instrument m'a attiré le jour où j'ai vu un petit garçon en jouer. J'avais six ans ». Adolescente, elle suit des cours dans une école de musique, justement fondée par une harpiste, et reçoit à 21 ans le Prix du Conservatoire. Elle a le coup de foudre pour la Bretagne lorsqu'elle s'y rend pour participer aux rencontres internationales de harpe celtique de Dinan. « Je me suis sentie chez moi. J'ai ensuite visité le Finistère, notamment Quimper. Puis Elisa Vellia m'a proposé de tourner avec elle ».

Pour identifier son nouvel univers, la jeune femme isole le h de son prénom, « par coquetterie » (dit-elle en plaisantant) mais aussi, instinctivement, pour montrer son attachement à la harpe dont le nom commence par cette lettre. Elle s'entoure de musiciens « formidables, une équipe de foot, que des mecs, tous bretons ! » comme Patrick Boileau (batterie), Franck Le Masle (claviers) et Antonin Volson (contrebasse). En général, Cristine compose d'abord ses mélodies à la harpe. L'accueil se passe généralement bien. « Il y a beaucoup de respect entre nous. Je trouve facile de travailler avec des hommes car les thèmes que je développe ne sont pas forcément féminins » dit-elle.

C'est un titre assez déjanté qui ouvre l'album « Hors-Piste ». « J'taime quand t'es mâle » traite avec humour et jeux de mots des rapports entre les hommes et les femmes. « C'est Harrison Ford dans Indiana Jones qu'on préfère avec son fouet et son chapeau de cow-boy plutôt qu'avec son noeud papillon pendant son cours à l'université ». L'artiste ne se force jamais pour écrire. « L'inspiration vient souvent dans le mouvement, en voiture ou en marchant. Je pars d'une idée qui me saute à l'esprit ou d'une phrase que j'entends. Puis je me mets à fredonner et je gribouille quelques phrases. Il m'arrive de laisser les textes en suspens pendant quelques mois dans des carnets ». Cristine met un point d'honneur à peaufiner sa prose. « Un beau texte doit parler à l'âme, au coeur, ne pas laisser indifférent ».

Un sujet qu'elle a souhaité mettre en musique sur son nouvel album a trait à la destruction de Brest. La chanson « La rescapée » rend un bel hommage à la rue St Malo, cette impasse épargnée par les bombardements alliés. L'un des couplets dit ceci :


La rue de Saint Malo

Est un petit joyau

Rescapé du naufrage

Dans son écrin blanc

De béton un diamant

Sauvage


« Ces histoires de villes détruites me touchent même si je suis originaire de Paris, explique Cristine. C'est une partie de moi qui a mal. Nous sommes tous marqués par ces guerres qui existent encore dans les ruines et dans les bâtiments modernes ». Si la harpe apporte une aération dans les chansons, sur « La rescapée », l'instrument renforce indéniablement le texte déjà très beau. Ce titre plonge aussi l'auditeur dans une ambiance de cabaret, un peu à la façon de Claude Le Roux (surnommée « La fille de Recouvrance »). Le tempo jazzy et la voix élégante, rêveuse et parfois piquante de Cristine n'y sont pas étrangers. Dans « Nina, elle s'endort », la chanteuse à la harpe bleue se glisse dans la peau d'une SDF pour manifester le fait que des gens couchent encore sur les trottoirs au XXIè siècle. Elle écrit par exemple :


Y en a qui saignent

D'autres qui s'aiment

Des qui se douchent

Des qui se touchent


Et Nina elle s'endort

Elle ne craint pas la mort

Son bonnet enfoncé

Jusqu'au bout de son nez


« Exclure l'autre, c'est se tromper, dit Cristine. Notre société devrait être une mère pour ses enfants, pas un bâton qui nous tombe dessus sans arrêt ».

cristine.jpg

Photo : Gildas Bénéat

 

Quand on lui demande si la France a encore de grands chanteurs à texte depuis la disparition de Jean Ferrat, Cristine nous renvoie après quelques secondes d'hésitation à Zazie, qui dénonce l'homophobie dans sa chanson « Adam et Yves ». Elle évoque aussi Gilles Servat, plus près de nous. Ouverte à toutes sortes de courants musicaux, du jazz à la pop en passant par le rock et la musique bretonne, l'artiste avoue avoir un faible pour la poésie de Bashung en ce moment. « C'est un artiste aux textes extrêmement touchants et à la voix fabuleuse. Il aurait pu chanter n'importe quelle bêtise que ça aurait sonné » dit-elle. La plaisanterie, malheureusement, s'est mal terminée il y a un an. Certains verront dans la chanson « Je clope » un clin d'oeil à l'interprète masculin de l'année 2009 aux Victoires de la Musique. Cristine y exprime, sans aucune vulgarité ni voyeurisme, la détresse des fumeurs qui ont du mal à écraser leur dernière cigarette.

L'artiste, par son acharnement à défendre par les mots des causes justes, apporte sa pierre à l'édifice d'un monde meilleur. Dans « Ouvalo », elle aborde la question de la gestion de l'eau. « Ca m'a fait mal d'apprendre qu'on voudrait taxer l'eau de pluie que les gens récupèrent dans leurs jardins. Car s'il y a une chose qui appartient à tout le monde, c'est bien l'eau. Je pense à ces grands-pères que je voyais dans mon enfance avec leurs bidons et leurs arrosoirs. Cette chanson est partie de quelque chose d'un peu enfantin et finalement elle est très pédagogique et politique » dit-elle.

Ce deuxième disque de Cristine est l'une des bonnes surprises musicales de ce printemps. Quoi de plus normal d'ailleurs puisqu'elle est née le jour de la Saint-Parfait ! Le prochain CD de cette artiste animée par l'amour et la liberté pourrait bien être plus engagé encore.



Cristine se produit jeudi 1er avril 2010 à 20h30 au cabaret Vauban à Brest et le 22 mai au Chapeau-Rouge à Quimper à 20h. Son album « Hors-Piste » est distribué par Coop Breizh.


Pour en savoir plus : www.cristine.fr


Christophe Pluchon

 


  Ecouter l'interview diffusée sur RCF Rivages :

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires