Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 20:35

Le travailleur social se trouve de plus en plus démuni face aux situations de précarité. C'est le sentiment du Conseil Général qui organisait un colloque sur le sujet le 20 mars à Guipavas, en lien avec l'ITES, l'Institut pour le Travail Educatif et Social.

Serge Paugam, sociologue et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) a invité le milieu éducatif et social à s'interroger sur la place des personnes exclues de notre société, et sur les difficultés que rencontrent les travailleurs sociaux à mener leurs actions. « Ils n'ont pas les moyens d'effectuer leur travail, en matière de logement, par exemple, a expliqué le sociologue. On demande aux travailleurs sociaux d'aider les personnes en difficulté à trouver un toit. Or, il y a peu de logements sociaux et les bailleurs sont souvent réticents à ouvrir leur habitation aux plus défavorisés. On les fait patienter dans des hébergements d'urgence, après sélection à l'entrée car là aussi, on manque de place »*.

L'action sociale représente 60% du budget du Conseil Général du Finistère, et le nombre de travailleurs sociaux salariés du département avoisine 1 600, sans compter ceux des associations subventionnées. La vice-présidente chargée de l'action sociale, Patricia Adam, a dénoncé le fait que depuis plus de vingt ans, les politiques votées au plan local soient contredites par des dispositifs nationaux. « On a perdu le sens du vivre ensemble. On stigmatise l'individu et on ne remet pas en cause le fonctionnement de la société ».

300 personnes, travailleurs sociaux et représentants d'associations de familles comme ATD Quart Monde ou Emmaüs, ont participé aux conférences et ateliers.


* Serge Paugam est l'auteur d'un ouvrage intitulé « Repenser la solidarité au XXIè siècle », paru aux Presses Universitaires de France.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires