Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 14:10

Le 16 février 2005, le ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Jean-Louis Borloo présentait un plan de développement des services à la personne. L'objectif du gouvernement était de multiplier les offres créatrices de valeur ajoutée et donc d'emploi dans différents domaines comme l'assistance informatique à domicile.

Pour inciter les ménages à faire appel aux professionnels, le conseil des ministres a proposé le 17 janvier d'étendre le principe du crédit d'impôt aux ménages non-imposables*. Jusqu'ici, seuls les foyers assujettis peuvent bénéficier d'une déduction de 50% à condition de régler la facture en chèque emploi-service universel. Cette nouvelle va dans le bon sens puisque les français sont de plus en plus nombreux à s'équiper d'un ordinateur (55,1% de foyers contre 49,6% il y a un an, selon une étude menée en partenariat entre l'institut GfK et le magazine SVM et parue dans le dernier numéro).

Les métiers relevant de l'assemblage, de la formation et du dépannage chez le client étaient l'une des spécialités des petites boutiques. Les choses sont aujourd'hui en train de changer puisque les enseignes nationales se lancent progressivement sur ce créneau.

La FNAC, par exemple, propose depuis le 2 octobre un service d'assistance assuré par Form@home, une société agrée par l'Etat. L'offre, modulable, comprend un ordinateur, un abonnement internet haut-débit et un pack services qui inclut 5h30 de formation à domicile pour 399 euros. Le client peut ne sélectionner que l'offre installation et prise en main. Il lui en coûtera alors 129 euros pour 1h30. Les magasins FNAC et le site Fnac.com doivent lancer en ce début d'année un service d'assistance à domicile plus ambitieux, qui ne devrait pas pour autant se substituer au SAV traditionnel proposé par l'enseigne.


Jacques Le Roux, gérant de la boutique Clic2i au Faou, ne craint pas, pour l'instant du moins, cet assaut des grandes surfaces spécialisées. « Notre idée est d'avoir un service de proximité sur une surface géographique assez réduite, confie-t-il. Nous n'avons pas de concurrence à moins de 20 kilomètres à la ronde. Si les grandes surfaces se battent sur le prix, nous, c'est sur les conseils. Nous livrons, installons et enseignons le maniement primaire de la machine, et nous connaissons tous nos clients ». Ceux-ci sont des particuliers, qui, moyennant deux euros, peuvent consulter internet pendant une demi-heure. Il s'agit aussi de professionnels, comme Pierre-Marie Huguenin, exploitant agricole à Rosnoën et respectueux des services de proximité. « Monter un PC, c'est facile, dit-il. C'est plus délicat de savoir ce qui correspond vraiment aux besoins du client. L'avantage par rapport aux grandes surfaces, c'est qu'on a toujours affaire à la même personne en cas de problème ».

Pour faire connaître sa boutique et la vitalité des commerces, Jacques Le Roux a même installé une caméra qui montre, sur internet, l'avancée des travaux de l'église du Faou (www.lefaou.net).


* sous réserve d'adoption par le Parlement, et pour des dépenses engagées en 2007.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires