Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 21:18

Le groupement d'entreprises "Brest Force +", emmené par Guyot Environnement (dont la filiale Brest Récupération est spécialisée dans la valorisation des ferrailles*), remet cette semaine sa candidature pour le désamiantage et la dépollution de l'ancien porte-avions. Le chantier, s'il était retenu par l'Etat dans le cadre de son appel d'offres européen, pourrait faire travailler jusqu'à 150 personnes, au port de commerce ou dans l'enceinte de l'arsenal, où est toujours amarré le bateau. « Nous avons affaire à des gens qui ont une parfaite connaissance de la réparation et de la construction navale, argumente le PDG Michel Guyot. Les entreprises ont autant d'atouts que n'importe quel groupe français ou européen ».

Le patron de Guyot Environnement se targue aussi d'être le seul candidat au démantèlement à avoir visité le Clémenceau, et d'avoir constaté de visu l'étendue des travaux à réaliser. Quant à l'épineuse question du paiement de la facture, il se veut rassurant. « Les décisionnaires auront un cas de conscience important. L'Etat n'aura que 30% de la facture à régler puisque dans l'enceinte de l'arsenal par exemple, il possède déjà les infrastructures. Et puis, les entreprises qui généreront du profit devront lui payer des impôts. Si le chantier part dans un autre pays comme la Pologne ou la Roumanie, les contribuables français devront payer la totalité ».

Le choix de l'opérateur du démantèlement de l'ex-Clémenceau devrait être connu le mois prochain.

* "Brest Force +" mobilise aussi des entreprises comme l'APAVE ou Floch Dépollution (Morlaix).


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires