Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 21:25

« Ils nous ont anéantis. C'est un cauchemar. On s'attendait à tout mais pas à ça ». Nathalie Gloaguen, belle-soeur de l'un des cinq marins morts dans le naufrage du chalutier de Loctudy, ne cachait pas sa colère lundi matin, à la sortie de la préfecture à Quimper. Le bureau d'enquête sur les événements de mer du Ministère des Transports y présentait son rapport aux familles et aux autorités judiciaires. Le pavé de 184 pages privilégie la thèse de l'enfouissement du train de pêche dans le sable pour expliquer la perte du navire le 15 janvier 2004 au large du Cap Lizard. D'autres facteurs, comme « les conditions météorologiques et de courant », « l'absence de débrayage du moteur ou de mise à zéro du pas de l'hélice », ainsi que « le maintien en position ouverte de la porte brise-lames et de la porte d'accès au poste d'équipage » auraient, selon le BEA Mer, favorisé la perte de stabilité du navire. En outre, le non-respect des procédures d'envoi d'un message de détresse auraient constitué « un facteur aggravant » dans les opérations de recherche et de sauvetage.


« Nous n'avons reçu aucune pression de l'Etat et de la Marine pour dire que la thèse du sous-marin n'était pas la plus plausible, a justifie Jean-Marc Schindler, directeur du BEA Mer. Nous avons travaillé en toute honnêteté ».

Très remonté, l'avocat des familles, Maître Christian Bergot, n'a pas hésité à parler de mensonge d'Etat. « On est dans le vaudeville. Ce rapport n'a aucun sens, aucun contenu. On se moque du monde » a-t-il lancé aux journalistes. Quant à Michel Douce, l'armateur du Bugaled Breizh, il a pris ce rapport pour une insulte à l'égard du monde maritime. « Quand son bateau croche sur le fond, la première chose que fait un patron, c'est de couper le moteur. Je suis outré qu'on prenne les marins pour des incapables. Cela faisait neuf ans que les gars naviguaient avec moi. J'avais une entière confiance en eux » a-t-il confié.

Toujours convaincues que c'est un sous-marin qui a envoyé le Bugaled Breizh par le fond, les familles attendent maintenant beaucoup de l'enquête judiciaire en cours. C'est désormais leur seul espoir.

Christophe Pluchon

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires