Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2006 6 09 /09 /septembre /2006 13:23

Elle est toujours vaillante, la fraise de Plougastel ! Toutefois, elle aurait pu disparaître si un plan de relance n'avait pas été mis en oeuvre en juin 96. Depuis, le petit fruit rouge est à 90%, cultivé en jardin suspendu. Fini (ou presque) la pleine terre et la nécessité d'être à genoux, dans les champs, pour le récolter. Seuls les producteurs de Plougastel-Daoulas, Loperhet, Dirinon, Daoulas et Logonna-Daoulas ont le droit d'utiliser l'appelation Fraise de Plougastel (qui ne bénéficie pas de l'AOC). Ils produisent chaque année dix tonnes de ce qu'on qualifiait autrefois d'Or Rouge.


Au musée, on apprend comment la fraise entra dans les moeurs à Plougastel, il y a trois siècles, grâce à un officier du génie maritime, Amédée-François Frézier, qui ramena du Chili des plants de fraise blanche. « En les croisant avec d'autres plants découverts entretemps, la fraise est devenue rouge ! Les sols riches en schiste et l'orientation particulière à l'abri des vents ont facilité son développement » explique Bénédicte Chauvin-Fouquet, chargée de communication du musée. La presqu'île abandonne peu à peu sa production de lin pour se consacrer à celle de la fraise. Au 19è siècle, elle commercialise le quart de la production nationale.

Sur 550 m2 d'exposition, le musée de la fraise et du patrimoine de Plougastel montre aussi les liens qui unissent paysans et marins à travers la devise de la commune "War zouar ha war vor" (sur terre et sur mer). L'évolution des costumes de 1820 à 1960 est également présentée, ainsi qu'une reproduction de la cérémonie de l'arbre à pommes. Enfin, il accueille jusqu'au 5 novembre 2006 une exposition du peintre Maurice Lederlé (1887-1988). L'artiste a beaucoup représenté les pardons, privilégiant les couleurs douces. « S'il est peu connu, c'est parce qu'il refusait de figurer dans les salles des ventes » ajoute Bénédicte Chauvin-Fouquet. A partir du 8 novembre, vous pourrez voir une exposition du Peintre de la Marine Michel Bez sur les calvaires monumentaux.

Le musée est ouvert du mardi au vendredi, et les 1er et 3è dimanche du mois, de 14h à 17h30. Renseignements au 02 98 40 21 18.

Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires