Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 22:34

Le site de la Torche à Plomeur n'est pas seulement le paradis des surfers. C'est aussi un lieu privilégié pour la culture des bulbes et des fleurs coupées. Dirigée par Ard Kaandorp et son père Kees, la SARL éponyme organise une randonnée des tulipes le 12 avril 2009.


Magique. Le mot n'est pas trop fort pour qualifier le spectacle offert aux promeneurs, chaque printemps à la pointe de la Torche. Comment ne pas se laisser happer par l'harmonie des couleurs ? Le lieu aurait d'ailleurs pu guider le peintre Claude Monet, véritablement ébloui au 19è siècle par la majesté des champs de tulipes hollandais. A Plomeur, Ard Kaandorp se défend de faire du tourisme. « Nous sommes d'abord producteurs de bulbes et de fleurs » dit-il.

L'entreprise familiale installée au bord de la mer du Nord, se trouve confrontée comme beaucoup d'autres exploitations, au manque d'espace pour s'agrandir. « Mes parents savaient qu'on cultivait des bulbes en France. En 1980, ils ont racheté l'affaire Deveza. J'avais 9 ans quand nous avons quitté la Hollande pour venir à la Torche ». De son enfance bigoudène, le bulbiculteur, aîné de trois enfants, garde quelques souvenirs, par exemple sur les bancs de l'école Notre-Dame de Tréminou. « Au début, comme je ne comprenais pas le français, j'attendais que la journée se passe. J'ai appris la langue dans la cour de récréation, en jouant au foot avec les copains. Depuis, je me suis très bien intégré ».

A Plomeur, trois exploitations, Kaptein, Florimer et Kaandorp font grossir les bulbes de tulipes, d'iris ou de jacinthes, sur plus d'une centaine d'hectares. La SARL Kaandorp est la plus importante en terme de surface. « Nous sommes près de la côte et le sol sablonneux est bien adapté à cette production, explique Ard Kaandorp. La plantation et la récolte sont plus faciles à faire que dans une terre lourde ». Le climat océanique de la Bretagne permet aussi d'obtenir des bulbes un mois plus tôt que les concurrents du nord de l'Europe. Voilà pourquoi 95% de la production de la SARL Kaandorp prend la direction des Pays-Bas. Le reste de la récolte est vendu en direct, dans le magasin de l'exploitation. « Nos bulbes sont aussi écoulés en France après être passés par la Hollande. C'est la plaque tournante européenne et un gros pays producteur. En France, on cultive principalement les bulbes à la pointe de la Torche et dans les Landes, sur une surface six fois moins importante qu'aux Pays-Bas ».

Les fleurs que vous verrez dans les champs de la pointe de la Torche, peut-être ce dimanche 12 avril lors de la randonnée des tulipes, ne sont pas destinées aux bouquets. Il faut en effet faire un choix, entre produire des bulbes de bonne qualité et des fleurs coupées, car il faut patienter jusqu'au fanage pour que ces bulbes atteignent leur maturité. Les tiges sont coupées directement sur des plants cultivés dans une serre de 3 000 m2. Les fleurs sont destinées aux consommateurs du grand ouest, via les grossistes, et aux clients du magasin. La SARL Kaandorp cueille trois millions de tiges chaque année, et confectionne selon la demande 300 000 bouquets composés de cinq à vingt tiges. « En mécanisant, nous pourrions en cultiver deux fois plus, mais nous avons 18 variétés différentes à proposer, c'est beaucoup, explique Ard Kaandorp. Nous vendons à la demande, en appelant directement le client. Aux Pays-Bas, en revanche, la production passe par le cadran, qui fixe le prix. Un producteur peut se permettre de n'offrir qu'une seule couleur, s'il sait que son voisin peut compléter la gamme ». Les couleurs qui plaisent le plus sont le jaune, le rouge, puis, dans une moindre mesure, le rose et le blanc.

La tulipe est une plante vivace originaire d'Asie centrale. On en compte 5 600 variétés regroupées en quinze familles. De la « Norman Record » à la « Calgary », le choix est vaste ! « Par le passé, la station de l'INRA de Ploudaniel faisait de la recherche variétale en tulipe. Les programmes ont été arrêtés. Il faut regarder encore une fois du côté des Pays-Bas, qui dispose des surfaces et des moyens financiers adéquats. 18 ans sont nécessaires pour créer une nouvelle variété » explique Ard Kaandorp. La filière hollandaise est aussi à l'origine des méthodes de production en caissette, ou encore de l'hydroculture. Idem pour les produits phytosanitaires, qui obtiennent leur agrément des autorités françaises un à deux ans après leur sortie dans le nord de l'Europe.

Sur la question, épineuse, de l'environnement, Ard Kaandorp ne fait pas vraiment dans le détail par rapport aux orientations gouvernementales qui prévoient de baisser de moitié, d'ici 2012, l'usage des pesticides. « A mon avis, c'est une aberration, lâche-t-il. On ne peut pas demander aux gens de produire s'ils n'ont pas le droit de protéger leur culture ». L'idée de faire pousser les bulbes et les fleurs selon des méthodes biologiques est aussi un non-sens pour lui. « Le consommateur final n'est pas prêt à payer trois ou quatre fois plus cher pour avoir un produit bio. Les gens ont en tête une image de la tulipe dont il faut tenir compte. C'est un produit d'appel qu'il faut vendre à pas cher. On ne fait pas que du beau, il faut aussi être rentable ! » L'exploitation a du adapter ses tarifs car par rapport à l'an dernier, le prix de vente de la tige de tulipe est passé de 15 à 14 centimes d'euro. Elle peut difficilement s'agrandir pour accroître ses capacités de production car elle est implantée en zone Natura 2000.

Si Ard Kaandorp aime son métier, c'est d'abord par passion pour le vivant. A l'image du jardinier du dimanche, il ne se lasse jamais de contempler ses plantations colorées. « J'aurais aussi bien pu être producteur de légumes. Comme les fleurs, les légumes symbolisent la vie. C'est une activité très prenante. J'espère bien poursuivre dans ce métier encore longtemps ». Associé à son père, Ard Kaandorp sait qu'il prendra un jour la suite de cette exploitation qui emploie une douzaine de permanents et qui est d'abord une affaire de famille. Marlies, sa soeur, s'occupe du secrétariat. Leur frère a pris une autre voie. Il ne s'est pas trop éloigné de l'agriculture finalement, puisqu'il est représentant en vin (et digne porte-parole de la culture française ! )

 

 

La SARL Kaandorp et le comité des fêtes de Plomeur organisent une « randonnée des tulipes » le 12 avril toute la journée (le dernier départ est prévu à 16h au magasin). Les visiteurs pourront admirer les fleurs directement dans les champs.

Jusqu'au 20 avril, le bulborium offre aussi la possibilité de découvrir les bulbes qui seront en vente en septembre, et qui sont actuellement en pleine floraison.

Enfin, depuis le 21 mars est exposé le Temple du Ciel, symbole de Pékin, la capitale de l'Empire du Milieu, entièrement conçu en fleurs de jacinthes. Une magnifique réalisation !

 

Contact : SARL Kaandorp, Kerloc'h, la Torche, 29120 Plomeur (Tél : 02 98 82 06 87).

Site internet : www.sarl-kaandorp.com)

 

Christophe Pluchon (avril 2009)

Partager cet article

Repost 0

commentaires