Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 20:31
La célébration de la naissance de Jésus-Christ a laissé la place au marketing et au commerce. Pour preuve, les catalogues de jouets abondent nos boîtes aux lettres dès la Toussaint ! Chez les Chrétiens, le 25 décembre doit avant tout être considéré comme un temps de retrouvailles et de partage. Histoire de redonner un vrai sens à cette fête...


Noël, symbole d'espérance pour les paroissiens du Relec.


Les laïcs de l'ensemble paroissial Notre-Dame du Relec, le père Christian Bernard, curé doyen de Morlaix-Trégor, et les responsables de l'ancienne abbaye cistercienne du Relec à Plounéour-Ménez ont mis sur pied une série d'animations pour Noël. Les visiteurs peuvent admirer une crèche dans l'église. Une partie des santons a été réalisée par de jeunes catéchistes.
Pour Elisabeth Vallas, coordinatrice de l'ensemble paroissial, « c'est à Noël qu'on se ressource, qu'on a une ouverture en terme d'écoute, de charité. C'est un moment où l'on ne parle pas de compétition, d'arrivisme. Les cadeaux ne sont pas à exclure dans la mesure des moyens de chacun, car Noël est synonyme de partage. Mais ça peut être aussi un regard, une attention, un sourire » dit-elle. Le père Christian Bernard partage cet avis. Pour lui, « l'essentiel du message n'est pas dans les vitrines, les lampions et les beaux rubans colorés. Il se trouve dans la crèche, illuminée le 24 décembre au soir, et dans la manière dont notre coeur accueille la venue du Sauveur ».
Les laïcs jouent un rôle indéniable dans la préparation de Noël. Pour Christian Bernard, « ils ne sont pas des aides aux prêtres mais des personnes qui, au titre de leur baptême, de leur confirmation, de leurs convictions, mettent leur charisme et leur don au service de l'Eglise. Les laïcs sont des sentinelles de l'invisible ». Le religieux raconte avec émotions ses Noëls d'antan. « Ils sentaient bon le riz au lait et le froid, et la messe à la cathédrale de Quimper ou à Guengat, mon village d'origine. Petits et grands, nous avions toujours la joie de nous retrouver. Il était agréable de voir les yeux des enfants s'illuminer quand on rentrait avec les surprises qui étaient modestes à l'époque ». Et le père Bernard de poser la question : « peut-on dignement fêter Noël sans célébrer Noël ? »

Deux messes seront célébrées, l'une le 24 décembre, à 19h en l'église de Pleyber-Christ, et le lendemain jour de Noël, à 10h en l'église de Plounéour-Ménez. La crèche est visible dans l'ancienne église abbatiale du Relec jusqu'au 4 janvier. En parallèle est proposée une exposition-vente de produits réalisés dans les abbayes et monastères de la région.



Une crèche vivante en presqu'île de Crozon.


Pas moins de quarante acteurs et des animaux vivants seront mobilisés ce week-end pour animer la 6è crèche vivante du bout du monde. Le spectacle, d'une durée d'une heure, sera donné au Fret, à la chapelle de Tal Ar Groas. Les décors et les costumes ont été réalisés par les bénévoles de l'association pour la sauvegarde du patrimoine maritime du Fret (ASPMF).
L'histoire raconte bien évidemment la naissance de Jésus-Christ. « Nous retracerons l'arrivée de Marie et de Joseph à Bethléem, avec l'âne, explique Danièle Bervas, animatrice de l'association. Nous installerons une étable au milieu de la chapelle pour que Marie s'y repose ». Les musiques, pour la plupart religieuses ou traditionnelles, ont été choisies avec soin. Une chorale locale interprètera notamment « la marche des rois mages ». « Nous avons une prédilection pour le vrai Noël, religieux, loin du coté commercial. Ce genre de féérie attire du monde » se félicite Danièle Bervas. D'autant que les effets spéciaux seront de la partie... Les chrétiens de la presqu'île (et d'ailleurs) seront comblés.

Le spectacle sera joué samedi 20 et dimanche 21 décembre à 16h et 18h, et lundi 22 décembre à 18h. Tarifs : 1€ jusqu'à 12 ans, 4€ pour les adultes.
 


Saint Divy : 800 personnes attendues à la veillée de Noël.


Depuis quatre ans, l'ensemble paroissial Saint-Divy-La Forêt-Landerneau-Saint-Thonan organise une veillée dans la salle omnisports de Saint-Divy. Ce rendez-vous draine énormément de monde, « dont beaucoup ne sont pas du secteur » se félicite le prêtre, Clet Méner. La préparation de ce temps fort mobilise une centaine de personnes, pour transporter et installer les chaises, mais aussi pour décorer le gymnase et animer la célébration qui commencera dès 19h.
Pour préparer la veillée sur le thème « changer son regard », Brigitte Lorrain et les autres membres de l'ensemble paroissial sont partis d'un texte de Jean Debruynne (« le secret qui fait lever le jour ») et d'une chanson de Patrick Richard. « Nous sommes constamment inondés de mauvaises nouvelles. Nous voulons montrer que dans le monde, il y a aussi de jolies choses. Nous pouvons regarder ce qui est beau, faire lever cette lumière et changer notre regard » explique Brigitte Lorrain. Pour elle, ce thème doit amener à réfléchir à plus de solidarité entre les êtres, et à nous convaincre de mettre en valeur des actes pleins d'humanité.


Temps de partage à Quimperlé avec la Mission Ouvrière.

La Mission Ouvrière du Sud-Finistère, qui regroupe la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, l'Action Catholique Ouvrière, l'Action Catholique des Enfants ainsi que des diacres et des prêtres ouvriers, organise ce samedi 20 décembre un moment de partage autour du message de Noël. Ce temps fort se déroulera à partir de 19h salle du Coat Kaer à Quimperlé. « Ce lieu n'a pas été choisi par hasard car il rappelle les luttes ouvrières récentes pour la défense de l'agroalimentaire sur le pays de Quimperlé » explique le diacre permanent de ce secteur, Patrick Vaineau.
Le thème choisi pour cette année 2008 est le suivant : « c'est de nuit ». Les 50 à 80 participants attendus à cette célébration se verront proposer des chants et des temps de réflexion en carrefours autour de ce message. Il sera décliné comme suit : « c'est au bout de la nuit, à l'aurore de l'amour, que nous connaissons l'Espérance ».
De l'avis de Patrick Vaineau, « c'est à Noël que beaucoup de chrétiens se rassemblent, notamment ceux qui fréquentent le moins souvent l'Eglise. Il est important d'écouter le message sur la venue de Jésus-Christ, et de voir qu'il y a autre chose que la course à la consommation. Nous avons besoin de nous retrouver autour de valeurs spirituelles ».


« Gwerz Nedeleg » : Ar Vro Bagan revisite la Nativité.


Ce samedi 20 décembre à 20h30 et ce dimanche 21 décembre à 16h30, la troupe conduite par Goulc'han Kervella se produit sur ses terres, en l'église de Plouguerneau. Le spectacle musical et théâtral « Gwerz Nedeleg » a vu le jour il y a quatre ans. C'est toujours avec le même plaisir que Strollad Ar Vro Bagan le présentera au public, en français et en breton, accompagné par l'ensemble Bann-Heol et la chorale KDM, sur des musiques de René Abjean et de Michel Scouarnec.
« Nous nous inspirons des évangiles de Saint-Luc et de Saint-Mathieu, ainsi que des calvaires bretons, explique le metteur en scène. Avec la « Fuite en Egypte », c'est l'occasion de mettre l'accent sur les souffrances du monde ».
Goulch'an Kervella se souvient avec nostalgie de ses Noëls d'antan. « Je suis né en 1951. C'était le petit Jésus qui nous donnait une orange et un morceau de chocolat. Le Père Noël est venu après. Après la messe de minuit nous avions un petit goûter. Le lendemain, il y avait un repas et les enfants de choeur venaient chanter à la porte. Tout cela est devenu un commerce. Le spectacle aide à revivre ces bons moments ».
Goulch'an Kervella n'omet pas de parler de la crèche qu'il installe avec son épouse à chaque Noël au pied du sapin, pour faire plaisir à leur fils Egareg. Et les cadeaux ? « C'est pour marquer le coup, lance-t-il, car aujourd'hui les enfants ont déjà beaucoup de choses ».

Tarifs : 5 à 10 euros, gratuit pour les moins de 12 ans. Renseignements et réservations au 02 98 04 70 93 ou au 02 98 04 50 06.



« Arrêtons l'hyper-Noël, faisons la paix avec la terre ».

Vingt-trois associations et mouvements d'église, parmi lesquels l'Action Catholique des Enfants, la Fédération Protestante de France et le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement se mobilisent depuis quatre ans à l'occasion des fêtes. Leur message ? « Appeler au respect de l'environnement par un changement de nos modes de vie ».
La période de Noël est souvent l'occasion de dépenses importantes, mais pour le finistérien Jean-Michel Lastennet, responsable du CCFD au niveau Bretagne et Pays-de-Loire, elles ne sont pas toujours justifiées. « Notre consommation ne concerne plus aujourd'hui nos besoins vitaux, mais le paraître. On devient ce qu'on achète. Nous devons revenir à plus de valeurs humaines, de convivialité et de solidarité. En tant que citoyens et de consommateurs, nous pouvons par nos achats infléchir la politique des industriels ». Jean-Michel Lastennet cite volontiers ces paroles révélatrices issues d'une chanson de Jean-Jacques Goldman : « Je prie les choses, elles comblent ma vie. C'est plus je pense, mais j'ai, donc je suis ».
Le responsable du CCFD n'est pas dupe non plus quand il parle de développement durable. « Quelle terre voulons-nous laisser à nos enfants ? Le développement durable est un argument de vente repris par les grandes surfaces. Il faut lui redonner son sens premier, à savoir faire en sorte de ne pas épuiser les ressources, et donner aux humains les capacités de vivre ensemble ».
Les organisateurs de cette campagne baptisée « Noël autrement » invitent donc les consommateurs-citoyens à aider les peuples en développement et à ne pas mettre en danger la planète par des actes irréfléchis. « Il n'y avait pas de place pour Jésus et sa famille à l'auberge. Aujourd'hui cette question est posée à chacun d'entre nous » écrivent-ils. La baisse du pouvoir d'achat incitera-t-elle à plus de retenue ?

Pour en savoir plus sur cette campagne : www.noel-autrement.org



A la maison d'arrêt de Brest, la radio, ça rapproche.


« Au moment des fêtes, l'ambiance est pesante pour les détenus. On mesure les conséquences de leur séparation de l'ensemble de la société. Ils ont envie que ce soit vite passé ». L'aumônerie de la prison de Brest, dont est membre depuis cinq ans le diacre permanent Pierre Blanc, se veut être un lieu d'écoute visant à montrer aux détenus qu'ils ont encore leur place dans la société. Ce service d'église les aide à exercer leur culte à l'intérieur de la maison d'arrêt et favorise leur réinsertion. « L'aumônerie de la prison et l'administration pénitentiaire sont parvenus à établir une relation de confiance et de loyauté. Nous sommes des partenaires, pas un contrepoids » se félicite Pierre Blanc.
Le 25 décembre, l'évêque de Quimper et Léon, Mgr Jean-Marie Le Vert, présidera la messe de Noël avec les détenus. La célébration sera animée par une chorale de Plouguerneau. Pendant les fêtes, l'administration pénitentiaire permettra aussi aux détenus de recevoir des colis de leurs familles. « Ordinairement, on ne peut leur envoyer que des lettres, et ils doivent acheter la nourriture et divers objets par un système qu'on appelle la cantine » explique le diacre. Les détenus auront aussi le droit à un repas amélioré le jour de Noël. Tous les dimanches, c'est par la voie des ondes que la population carcérale échange avec sa famille. Entre 10h30 et 11h45, les laïcs de l'aumônerie de la prison lisent les messages des détenus sur l'antenne de la radio RCF Rivages*, tandis que leurs familles et amis interviennent en direct par téléphone. « L'émission du 28 décembre aura une connotation particulière. Nous attendons beaucoup d'appels pour les fêtes de Noël » pressent Pierre Blanc.
L'aumônerie de la prison s'occupe régulièrement d'environ 10% de la population incarcérée à Brest. Elle oeuvre avec d'autres associations comme War Zao et la Croix-Rouge.

Fréquence sur Brest : 89 mhz. Liste complète sur le site internet : www.rcf.fr.



La Nativité, une découverte pour beaucoup d'enfants.


A l'école maternelle et primaire Saint-Joseph de Gouesnou, la préparation de Noël a pris la forme d'une célébration sur le thème de la lumière de Bethléem, mardi dernier. Ce symbole d'espoir et de lutte contre toutes les formes de haine et d'égoïsme était arrivé deux jours avant à Brest. « Noël, c'est d'abord une fête chrétienne » tient à dire le directeur, Fanch Hénaff, un peu désabusé que les enfants de l'école aient si peu de repères religieux. Pour pallier ce déficit, tout au long de l'année, les enseignants parlent de la Bible à leurs élèves. « C'est une manière de les éveiller à la foi et aux valeurs chrétiennes » ajoute-t-il.
Dans la classe de moyenne section de Marie-Christine Caër, décorée du traditionnel sapin, les élèves (moyenne d'âge 4 ans) ont fait des exercices pratiques autour de l'histoire de Jésus. Ils ont repris à leur manière la poésie « dans Paris il y a une rue... » pour l'adapter à la naissance du Christ. Puis ils ont modelé l'âne, Joseph, Marie, la mangeoire, pour les placer dans la crèche. « Pour beaucoup d'entre eux, ce moment de notre histoire est une découverte, explique l'enseignante. Les cadeaux, c'est la première représentation que donnent beaucoup de mes élèves. C'est dommage ».
Ce vendredi 19 décembre, jour des vacances de Noël, les enfants se verront offrir une après-midi festive avec goûter, au centre Henri Queffélec. Puis ils recevront un « cadeau collectif » pour leurs classes respectives. L'association de parents d'élèves de l'école Saint-Joseph de Gouesnou met à la disposition des enseignants quelques dizaines d'euros afin qu'ils achètent un jeu ou des livres utiles à tous les élèves. « Nous avons pensé qu'un tel geste était suffisant car les enfants ont déjà beaucoup de cadeaux avec leur famille » justifie Fanch Hénaff.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires