Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 22:50

La fidèle religieuse, reste aux côtés de Soeur Emmanuelle pendant près de 35 ans, était l'invitée de la communauté Emmaüs du Relecq-Kerhuon, vendredi 28 novembre.


Elle a présenté le combat des chiffonniers pour leur survie. Elle a expliqué le long et patient travail mené par les 37 religieuses auprès de la population de la capitale égyptienne (trois quartiers, 28 000 habitants sous leur « responsabilité »). «  En 1971, pas un seul enfant n'allait à l'école, explique Soeur Sara. Aujourd'hui, 85% d'entre eux sont scolarisés. Les garçons et les filles font même des études à l'université. Ils sont enseignants, comptables, infirmiers, et ils nous assistent au quotidien. Nous employons 1 200 personnes dans les bidonvilles du Caire. Il n'y a pas un chômeur chez nous ».

Celle qui, devant l'assemblée, s'est qualifiée en plaisantant de « pure égyptienne, descendante des pharaons » a mal vécu la disparition de Soeur Emmanuelle. « C'est grâce à elle que les chiffonniers sont sortis de leur misère. Elle nous manque beaucoup. C'était la maman de tout le monde là-bas ».

Si Soeur Sara a pu se rendre dans le Finistère, c'est grâce au soutien de Marie-Thérèse Prigent. Cette bénévole se rend trois fois par an au Caire, et apprend la broderie aux jeunes filles qui ne vont pas à l'école. « De cette manière, elles reçoivent aussi une éducation » explique la bénévole.

La communauté Emmaüs du Relecq-Kerhuon a remis un chèque de 1 500 € à l'Opération Orange, qui soutient l'oeuvre de Soeur Emmanuelle (contact : Colette Harlez, Opération Orange, 7 allée des jonquilles, 69550 Amplepuis).


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires