Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 07:44

Le navire « Belgica » a quitté le port de Brest le 28 mai pour une expédition d'une dizaine de jours destinée à mieux connaître les coraux profonds de la pente océanique française. Le bateau embarque avec lui un robot sous-marin spécialement programmé pour cette mission. Grâce à son bras articulé, il peut prélever des échantillons de coraux et réaliser des prises de vue en haute définition à des profondeurs comprises entre 500 et 1000 mètres.


Cette mission intervient dans le cadre des programmes Hermès et Microsystem, financés sur des fonds européens et internationaux. « Nous retournons sur les sites décrits par l'explorateur Edouard Le Danois en 1948. Nous reprenons ses recherches avec des moyens plus modernes pour voir quelles espèces ont disparu et lesquelles il convient de protéger » explique le professeur Jean-Pierre Henriet de l'université de Gand, responsable de la mission océanographique.

Dans une eau qui ne dépasse pas 8°, les coraux sont particulièrement exposés aux dégâts causés par les bateaux lors des dragages. Mais ils représentent aussi un formidable indicateur de l'état de santé de la planète. Les scientifiques s'y intéressent même pour rechercher des similitudes entre la vie sur Terre et celle qui pourrait exister sur Mars. « Dans certaines structures géologiques, où les microbes se mélangent aux coraux, on peut retrouver de véritables monts carbonatés de 200 à 300 mètres de haut, comme dans les temps premiers de l'histoire de la Terre. Les récifs coraliens jouent aussi un rôle de protection des larves de poisson dans le cycle de reproduction » poursuit le professeur Henriet.

Le « Belgica » embarque à son bord un représentant de l'agence des aires marines protégées travaillant aussi pour l'Ifremer, Frédéric Quemmerais-Amice.


(Crédit Photo : O. Brosseau / Agence des aires marines protégées)


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires