Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 22:21

Découvreur de talents un peu touche à tout, Gilles Lozac'hmeur a cru en Didier Squiban au tout début des années 90. Manu Lann Huel, Melaine Favennec et plus récemment Yann Raoul l'ont suivi dans l'aventure de L'OZ Production qui souffle cette année ses quinze bougies.


C'est sur la route des chaumières, à deux pas du port de Rosbraz à Riec-sur-Bélon que Gilles Lozac'hmeur a élu domicile. C'est aussi là qu'il identifie et signe les talents de demain, principalement en jazz et en musique traditionnelle. Né à Quimperlé il y a 53 ans, le patron de L'OZ est passé par plusieurs métiers avant de véritablement creuser son sillon dans le domaine du disque. Patron d'hypermarché (Rallye), puis de Sam Location (devenu Loxam), cet accroc de musique est d'abord un manager d'entreprise. « C'est de partir de rien qui m'intéresse. Et quand on a la passion, on apprend encore plus vite » explique cet autodidacte.

Gilles Lozac'hmeur reconnaît avoir eu du flair au bon moment, par exemple avec Didier Squiban, aujourd'hui artiste vedette du label. « Nous nous sommes rencontrés aux Internationaux de Tennis de Brest, en 1992. Il jouait du piano. Nous avons discuté musique et avons décidé de faire venir des artistes internationaux au cabaret Vauban. De là est né Jazz à Vauban. Une quarantaine de concerts ont été donnés pendant presque trois ans ». Didier Squiban n'est pas un inconnu à l'époque puisqu'il a déjà autoproduit trois de ses disques. « Tendance », « L'or de l'Ile Carn » et « La valse des orvilliers » figurent désormais au catalogue de L'OZ Production. « Gilles Lozac'hmeur m'avait beaucoup impressionné par sa culture jazz, se souvient Didier Squiban. Il connaissait tous mes disques. Je l'ai trouvé tout de suite sympathique ». Gilles Lozac'hmeur a été lui-même musicien et chanteur puisqu'il s'est illustré dans le groupe Lundi Noir. « J'ai joué de la basse, de la guitare et du piano. J'ai arrêté ce dernier instrument quand j'ai rencontré Didier ».

L'association L'OZ Production, dont le nom est un petit clin d'oeil au Magicien d'Oz, l'un des premiers films que Gilles Lozac'hmeur ait vus, déploie peu à peu ses ailes grâce au regain d'intérêt du public pour la musique traditionnelle et les musiques métissées. « L'Héritage des Celtes de Dan Ar Braz y a beaucoup contribué. Plus tôt, j'avais été très sensible au travail d'Alain Stivell », se rappelle Gilles Lozac'hmeur, pourtant porté dès l'adolescence par le rock américain, le jazz et le blues.

Quand il entend pour la première fois la voix mélodieuse de Yann-Fanch Kemener, le patron de L'OZ Production ne suit que son intuition. « Je me suis dit qu'il fallait faire un disque avec lui. C'est à ce moment-là que l'association est devenue une société ». 15 artistes et formations ont été produits depuis 1993. 52 références de disques et 4 DVD ont été édités. En France, ils sont distribués par Coop Breizh et beaucoup ont fait le tour du monde, les couvertures de magazines et reçu des prix*. « Avec Squiban aussi, c'était une gageure de proposer du piano solo en s'inspirant de la musique traditionnelle. Nous avons vendu plus de 100 000 albums de « Molène » malgré la réticence du distributeur au début, qui ne voulait placer que 500 exemplaires ». Très fier et très têtu, de l'avis de Didier Squiban, Gilles Lozac'hmeur « va jusqu'au bout, il est très dur en affaires mais c'est primordial dans ce métier. Il a un slogan d'ailleurs : y'a pas photo, c'est légitime et ça met tout le monde d'accord ! »

Avec les menaces liées au téléchargement illicite sur internet et à la place moins importante du disque dans les habitudes d'achat des consommateurs, Gilles Lozac'hmeur se voit désormais contraint de ne miser que sur un ou deux artistes chaque année, contre une dizaine précédemment.« Les maisons de disques ont perdu la moitié de leurs ventes en cinq ans, dit-il. Moins de ventes, c'est aussi moins d'investissements. Il faut maintenant une véritable volonté politique visant à soutenir notre secteur d'activité comme cela existe dans les autres entreprises culturelles. Nous sommes en train de perdre par manque de moyens de création et de diffusion nos artistes et notre identité au profit d'une musique formatée répondant à des ratios de rentabilité industrielle internationaux ». Pour inciter les internautes à acheter légalement de la musique, un site, remodelé, vient d'être lancé. Il est possible de récupérer sur son disque dur des albums entiers pour moins de dix euros et au nouveau format MPEG 4. Les producteurs et distributeurs Coop Breizh, Keltia Musique et L'OZ Production ont aussi mis leur forces dans une association, « Music of Britanny » pour tenter d'être plus efficace sur ce marché morose. « Nous ne sommes pas concurrents, mais complémentaires pour faire des choses pour la Bretagne. Ainsi, je n'ai pas de regret par rapport aux artistes que je n'ai pas signés comme Nolwenn Korbell, parce que j'avais invité Coop Breizh à venir la voir aux Tombées de la Nuit à Rennes, se rappelle Gilles Lozac'hmeur. Cela fait partie de l'histoire de l'entreprise ».

Comment, dans ce contexte, Yann Raoul, Skilda ou encore Kohann et Pascal Lamour ont-ils su séduire les oreilles aiguisées du chef d'orchestre de L'OZ Production ? « Le choix, dit-il, c'est d'abord une histoire d'hommes, de coup de foudre musical. Quand je sens un potentiel, une idée créatrice, j'ai envie de la faire partager. Je suis le seul à décider au final mais je fais souvent écouter les compositions à d'autres personnes ». Gilles Lozac'hmeur s'est ainsi laissé entraîner dans le projet de Jacques Pellen de rendre hommage à la harpiste et chanteuse Kristen Nogues décédée l'été dernier. La sortie du disque est prévue pour le mois de septembre. Et puis pour 2009, L'OZ Production prépare le nouvel opus de Gérard Delahaye.

Grand amateur de musique, Frank Zappa en particulier, mais aussi de pêche et de plaisance, Gilles Lozac'hmeur est également un passionné de motos et notamment de Harley Davidson. Il en possède une avec laquelle il se déplace pratiquement tous les jours. Et n'en déplaise à Didier Squiban avec qui il a survolé Tokyo un soir de concert devant 6 000 Japonais, il ne pourra décidément jamais se faire aux sushis. « Là-bas, nous en mangions tous les jours ! » se souvient le pianiste. Gare aux indigestions...


L'OZ Production a vendu près d'un million d'albums depuis sa création il y a quinze ans. Cet anniversaire sera fêté à Quimper pendant le Festival de Cornouaille, le 25 juillet, puis le 31 octobre, lors d'une grande soirée au Pavillon de Penvillers qui réunira les artistes du label. Armor Lux profitera de l'occasion pour célébrer son 70è anniversaire.


Site internet : www.loz-production.com/


* Le 29 avril, le groupe Arvest s'est vu décerner le Grand Prix du Disque Produit en Bretagne 2008 dans la catégorie Musique Bretonne pour l'album « Fantazy ».


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires