Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 13:56

Depuis 9 ans, auteurs et écrivains des îles et de toutes les nationalités se donnent rendez-vous à Ouessant. Après Irlande, Haïti ou la Nouvelle-Calédonie, les Ecossais étaient à l’honneur la semaine dernière.

Si elles font rêver, les îles écossaises ne sont pas particulièrement mises en valeur car les écrivains ont des difficultés à faire traduire leurs livres. Pourtant, l’Ecosse est la terre natale, entre autres, de l’auteur de « l’île au trésor », Robert-Louis Stevenson et compte de nombreux écrivains contemporains. On peut citer Duncan Mac Lean, Andrew Greig ou encore Christine de Luca. Cette poétesse, l’une des seize écrivains présents sur le salon, a vu son dernier livre, « Mondes Parallèles » traduit en français par Jean-Paul Blot, co-responsable des éditions Fédérop. Il est écrit en shetlandic, un dialecte parlé en Ecosse et compris aujourd’hui par moins de dix mille personnes.

Si l’on en croit Camille Manfrédi, enseignant-chercheur à l’université de Bretagne Occidentale à Brest, les auteurs à succès sont plutôt installés en ville. Le thème qui revient souvent, c’est celui de l’identité qui se veut différente de celle des Anglais. Si la littérature écossaise passionne tant Camille Manfrédi, c’est parce que pour elle, elle est « humaine, amoureuse de son pays, mais aussi modeste ». La littérature écossaise est à découvrir car « elle naît de ses propres différences ».

Par le passé, les Bretons se sont aidés des Anglais pour lutter contre l’ennemi français, et les Ecossais ont reçu l’aide des Français, pour chasser les Anglais. Une association, « Bretagne-Ecosse » a vu le jour il y a plusieurs années pour faciliter les liens entre les cousins celtes. Là encore, c’est une histoire de passion puisque son président, Pierre Delignière, prépare une thèse sur le petit village de Gretna Green. C’est un peu le Las Vegas écossais puisqu’on y célèbre des mariages en quelques minutes. Cette destination à la mode attire des milliers de couples venus du monde entier.

Plusieurs récompenses ont été remises au cours du 9è salon international du livre insulaire. Jean-Yves Quellec a reçu le Grand Prix du Livre Insulaire pour « Passe de la chimère, un moine à l’île de Quéménès ». « l’Archipel des Lettres » a aussi été lancé officiellement. Il s’agit de la première revue consacrée à la littérature des îles.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires