Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2005 5 07 /10 /octobre /2005 16:12

Le 5 novembre, le Pavillon de Penvillers à Quimper vibrera au son des musiques bretonnes. A partir de 15 heures, en streaming vidéo, les internautes pourront suivre sur leur écran d'ordinateur, les prestations du Bagad Brieg, des sonneurs Martin et Josset ou encore de Sonerien Du. L'an dernier, 116 000 spectateurs se sont connectés dans 81 pays. Ils n'étaient que 20 000 lors de la première édition, en 1999, édition qui permit de réaliser le premier direct vidéo sur internet en France, et le premier dans le monde en terme de durée (douze heures non-stop).

Le 7è Cyber Fest Noz, fête destinée en grande partie à la diaspora bretonne (mais pas seulement), sera une nouvelle fois un pari technologique pour l'association An Tour Tan, France 3 et France Télécom Recherche & Développement, associés dans ce projet. En 2001, 40% des internautes s'étaient connectés en haut-débit, et ils étaient déjà 60% en 2002. « Des efforts importants ont été fait pour améliorer la qualité d'image » assure Nicolas Gonidec, webmaster de l'association An Tour Tan. Ainsi, France Télécom testera, pour la première fois à l'échelle nationale, le streaming vidéo à 600 kilobits/seconde, codé sur un puissant serveur en Real Vidéo (version 10), garantie d'une qualité d'image comparable à celle d'un DVD (pour les possesseurs d'une ligne ADSL d'au moins 1024 kb/s). L'émission seront aussi lisible en bas débit (en format Real Vidéo), moyen-débit (128 kb/s – Real Vidéo) et haut-débit plus classique (300 kb/s, Real Vidéo et Windows Média). Les organisateurs vont, de plus, offrir la possibilité aux détenteurs de téléphones mobiles de nouvelle génération (UMTS ou EDGE) de visionner le Cyber Fest Noz sur leur écran. Ces technologies sont notamment disponibles à Brest et Quimper.

Comment seront acheminées les images jusque chez l'internaute ? « Les caméras de France 3 filmeront les concerts, assure Nicolas Gonidec. Le signal sera partagé sur six puissants serveurs d'encodage, situés au Pavillon. Nous aurons des ordinateurs de secours au cas où, et d'autres machines pour gérer le site, et garantir des duplex avec les Bretons de la Réunion, de Pologne et l'Irlande ». Depuis un peu plus de deux ans, c'est Akamai, un système capable de dispatcher un même signal simultanément sur 13 600 autres serveurs situés dans 65 pays, qui assure la distribution des images, faute de place suffisante sur les machines de France Télécom. « Avant même que l'internaute de New-York ait cliqué sur le lien pour voir la vidéo, elle sera déjà diffusée depuis un serveur près de chez lui, avec un léger décalage de trente secondes » se félicite Nicolas Gonidec. Magique, non ?

Voici l'adresse principale pour suivre le Cyber Fest Noz : www.cyberfestnoz.org.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires