Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 21:46

En ce début d'été, les agriculteurs du Finistère ont bien l'intention de faire connaître leurs métiers et de promouvoir leurs produits. La fédération des comités de développement a programmé plusieurs rendez-vous sur le département pour aller à la rencontre des citadins.
016-0159.jpg

Le 17 juin tout d'abord, en collaboration avec leurs collègues chasseurs aura lieu au parc de Kerampuil à Carhaix une fête des chasseurs et des agriculteurs. Au menu, un repas dès 11h30, puis des concours d'animaux l'après-midi (vaches et chevaux bretons), des présentations des métiers, des animations sur la chasse et des ventes de produits du terroir, sans oublier les jeux pour les enfants.

Les 29, 30 juin et 1er juillet, une immense ferme s'installera sur la place de la Liberté à Brest, en partenariat avec les commerçants du centre-ville et des acteurs du Programme National Nutrition Santé. Outre les vaches, petits et grands pourront voir évoluer des oies, des canards et des moutons. En après-midi, les agriculteurs présenteront leur activités et vendront des produits de la ferme. Pour les enfants sera organisé un concours de dessins, et à partir de 19h sera donné un concert de chant de marins.

« Nous voulons mettre nos métiers en avant pour qu'ils soient bien connus par les jeunes, insiste Gilbert Milin, président de la Fédération des Comités de Développement des Agriculteurs du Finistère. Nous avons un réservoir d'emplois très important dans les serres, le hors-sol et la production bovine. Il ne faut pas oublier que l'agriculture est la première force économique du département ».

Convaincu que son avenir passera par le travail de la terre, Aurélien Kerlogot, 20 ans, compte bien suivre les traces de ses parents installés à Plouyé, près d'Huelgoat. « J'aime le contact avec les animaux, dit-il. Je ne me verrais pas faire un autre métier. Ceux qui ne connaissent pas l'agriculture ont un regard méfiant. Ils disent qu'il n'y a pas de vie familiale. C'est faux car il y a des horaires à respecter. Et puis, on aura toujours besoin d'agriculteurs ». Aurélien poursuit sa formation au lycée agricole du Nivot à Lopérec.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires