Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 07:17

La pêche bretonne se porte globalement bien, puisque la moitié des poissons et crustacés débarqués en France l'est dans les ports bretons et que les cours sont à des niveaux relativement satisfaisants.

Désireux de promouvoir leur production de manière plus efficace, les professionnels ont répondu le 5 juin à Concarneau à l'invitation du Conseil Régional et de Normapêche Bretagne. « Il faut faire connaître les démarches de pêche sélective entreprises pour protéger la ressource. Les consommateurs, depuis l'affaire du poulet à la dioxine, veulent savoir ce qu'ils ont dans leur assiette » a expliqué Janick Moriceau, vice-présidente de la région chargée de la mer.

Isabelle Letellier, directrice de l'association interprofessionnelle de promotion Normapêche Bretagne, a insisté sur la logique de normalisation, rendue nécessaire depuis l'informatisation des criées. « S'il achète hors du réseau traditionnel, le consommateur n'a pas la relation de confiance qu'il a établi avec son poissonnier ». D'où la nécessité de créer des référentiels, une idée à laquelle Michel Merceron adhère pleinement. Expert pour le compte de l'UFC Que Choisir, il propose aux acteurs de la filière d'entrer dans une démarche d'éco-labellisation. « Ils se fixeraient de bonnes pratiques. Ce cahier des charges pourrait être, comme en agriculture, vérifié par un organisme indépendant ».

D'autres problèmes ont été soulevés comme le manque d'aide financières pour mener des actions marketing et la désorganisation de la filière.


Christophe Pluchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires