Rechercher

Bonjour,

Désormais, mes photos de Bretagne (paysages, coques, arbres, couleur et noir et blanc) sont accessible ici :


4-25-2n--15.jpg

La société brestoise RDI+, qui s'est déjà distinguée il y a quelques mois avec son interprète de poche Wu Yu Yo capable de transcrire des phrases françaises en chinois, récidive aujourd'hui en mettant sur le marché un logiciel pour aider les personnes qui ne peuvent pas parler à communiquer.

philippe-morvan2.jpg
Axelia a été mis au point par le patron de RDI+, Philippe Morvan, en partenariat avec Maryvonne Abraham, enseignant-chercheur à l'ENST Bretagne pour la partie linguistique et cognitive, la société brestoise Hippocampe pour tout l'aspect graphique, et l'Hôpital National de Saint-Maurice dans le Val-de-Marne pour la partie utilisateurs. Démarré il y a huit ans, le projet a reçu plus récemment le soutien du Ministère Délégué à la Recherche et aux Nouvelles Technologies. « Les ordinateurs ont la réputation d'être compliqués parce que plusieurs logiques s'affrontent, celle du programmateur et celle de l'utilisateur » regrette Philippe Morvan.

Axelia s'adresse en premier lieu aux personnes souffrant d'une paralysie cérébrale, qui ont des troubles de la parole et qui de ce fait, ont très peu accès aux moyens de communication traditionnels que sont la lecture, l'écriture ou encore le téléphone et l'émail. Le logiciel permet de créer des phrases en choisissant les images sur l'écran de l'ordinateur. « L'innovation par rapport aux cahiers de communication traditionnels, c'est le grand nombre de pictogrammes, explique Philippe Morvan. Le logiciel en propose 900 et connaît environ 65 000 mots, c'est-à-dire l'équivalent d'un gros dictionnaire ».

Pour faire savoir qu'il voudrait bien manger un fruit par exemple, l'utilisateur masculin (« moi ») choisira avec les flèches le pictogramme représentant un petit bonhomme bleu, puis le personnage fronçant les sourcils et tendant le doigt (pour exprimer sa volonté), le pictogramme « manger » identifié par le dessin de la pomme que l'on croque, et enfin le fruit, par exemple la fraise.

L'autre point fort d'Axelia, c'est sa capacité à ordonner les différents mots choisis par l'intermédiaire des pictogrammes pour en faire des phrases grammatiquement correctes. « Moi vouloir manger fraise » devient donc « je veux manger une fraise ». Le programme permet aussi d'envoyer des phrases par email, et de les écouter grâce à un synthétiseur vocal intégré. Il a déjà séduit plusieurs centres dont l'institut Jean Couloigner de Ploudaniel qui accueille une trentaine d'adultes handicapés. Son directeur, André Bodénez, applaudit « la possibilité pour les résidents d'être plus autonomes, d’exprimer leurs demandes et leurs sentiments et de rester en communication avec leur entourage grâce au logiciel ». Il est vrai, et on le voit avec les smileys dans les messageries instantanées, que les pictogrammes sont beaucoup plus rapides à mettre en oeuvre pour exprimer des idées. Les concepteurs d'Axelia ont calqué le logiciel sur ce principe.

Axelia est vendu 1 500 euros et fonctionne sous Windows. Une version d'évaluation est proposée sur le site www.axelia.com.


Christophe Pluchon

Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2007 3 23 /05 /Mai /2007 07:07
- Communauté : Info PC et l'informatique
Retour à l'accueil
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés